Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Nos ballades tranquilles à vélo dans la Drôme, en Provence et ailleurs pour profiter de la nature, des paysages et des rencontres imprévues

Le blog du Vélo pépère

Nos ballades tranquilles à vélo dans la Drôme, en Provence et ailleurs pour profiter de la nature, des paysages et des rencontres imprévues

Le sommet de la Montagne de Lure, façon pépère ...

com

      Le pari cette balade est de faire un parcours réputé pour les grands sportifs, mais avec un VTC, des sacoches et tout le temps qu'il faudra ... bien entendu, la chose fait peur a priori, du fait du dénivelé de cette joyeuse journée, près de 1500 m depuis le petit village de Mane, situé à 35 km plus au sud.

 

luresommet1.jpgIl y a deux ans, l'idée même de monter au sommet de Lure paraissait farfelu au vélopépère que je suis !

 

cartesommetlure.jpgCliquez sur la carte pour agrandir

 

ou utilisez le lien suivant : http://www.openrunner.com/index.php?id=1107350 comme accès direct au parcours.

 

     Le chemin entre Mane et Saint-Etienne-les-Orgues est très agréable et n'offre pas de difficulté. Cependant, lors de cette belle journée de la mi-juillet, le mistral est de la partie. Aussi, il faut un peu lutter vent debout. Il nous faudra une bonne heure pour arriver à Saint-Etienne. C'est ici que commence l'épreuve de vérité ! La route D113 est une route "moderne", c'est a dire qu'elle a été tracée par un ingénieur qui a voulu optimiser les efforts des moteurs des voitures. Si bien, que la pente est très régulière, autour de 6 %. La difficulté du parcours, c'est que le cycliste n'est pas une machine ! Cette ascension n'offre aucun répis, elle est intraitable et longue (18 km). Aussi, nous décidons à mi-parcours de faire une halte salutrice à Notre-Dâme de Lure, célèbre chapelle située exactement à 9 km de Saint-Etienne.

 

monteejour1.jpgMise en jambe : monter à N.D. de Lure

 

nddelure.jpgnddeluremoyen.jpg Avant ND de Lure, il y a une fontaine, c'est bon à savoir !

nddelurededans.jpg

Chapelle de N.D. de Lure, située à mis parcours vers le sommet de Lure

 

 

     Après un courte halte, autant bénéfique au corps qu'à l'esprit, l'ascension reprend. Ici, la suprise est plutôt mauvaise, le raidillon se durcit très franchement. Notre moyenne horaire chute de 8 km/h à 6 km/h ! Nous sommes vraiment loin des moyennes des coureurs sur-vitaminés du Paris-Nice qui montent à 26 km/h !

A la station de Lure, la température chute également brutalement, pour atteindre 14°c., ce qui avec le fort mistral est vraiment frais. Nous buvons un coup au bistrot de la station (bistrot ouvert toute l'année, 7j sur 7).

Après la station, la route devient plus sympa et le moral est bon. Le vent aussi ! Arrivé sur la crête sommitale, nous mettons la veste et les casquettes volent. Ici le mistral dépasse les 80 km/h !

 

Après un gentil pique-nique à l'abri d'un rocher, soulés par le soleil et les magnifiques paysages drômois et provençaux, nous prenons le chemin du retour. La descente est abordée follement, puisque nous atteindrons les 65 km/h au niveau de la station de Lure. Bien entendu, nous avons été doublé à la montée par tous les cyclistes munis de vélos plus léger et plus rompus que nous aux exploits sportifs. Mais, qu'importe ! Nous voulions juste démontrer que les vélopépères sont parfois également efficaces, même s'il prennent tout leur temps.

 

bornedusommet.jpg

 

Enfin le sommet ! 1736 m. d'altitude et un mistral qui fait voler les casquettes !

 

sommetpicnic.jpg

La pause pique-nique est bien méritée

 

 

 

L’alexanor (Papilio alexanor) est un «porte queues» Il est jaune avec cinq bandes transversales noires. Il ressemble un peu au machaon et au flambé.

 

alexanor2011.jpglardier.jpganemarilardier.jpgArrivée sur le beau village de Lardier

rocherdongles

Village du Rocher d'Ongles

 

 

     Le 2 juillet 2011 sur les hauteurs de Lardiers (sur les pentes de Lure), nous apercevons un très beau papillon au bord de la route, certainement un flambé dit Anne-Marie. Nous nous arrêtons pour faire une photo et surprise, c'est une alexanor tout frais !

 

      Cette espèce est rare en Europe. Elle est localisée au sud-est de la France, au nord de l’Italie et le sud de la péninsule Balkanique. Sa période de vol est courte, fin juin -début juillet. Il aime les pentes calcaires sèche et chaudes où il trouve la modeste plante nourricière des chenilles, le Ptychotys saxifraga. Les adultes sont souvent observés sur le centranthe, jolie plante dont les fleurs rouges regorgent de nectar. Selon Jean-Pierre Vesco, « L’alexanor est un papillon des milieux pionniers. Il suit en cela les préférences de sa plantes nourricières le Ptychotis saxifraga, littéralement « qui casse les pierres » ; ce qui en dit long sur les préférences écologiques de celle ci. Cette plante squelettique, bisannuelle stricte, ne vit en effet que dans les lieux régulièrement remués, et toute colonisation végétale, même faible, la fait disparaître irrémédiablement jusqu’au prochain bouleversement du sol. Il s’adapte à la dynamique de son habitat et ses capacités de bon voilier, même chez la femelle, lui permettent de coloniser à nouveau rapidement une région favorable en suivant les voies de pénétration naturelles que sont les rivières et les ravins, ou celles, artificielles, des chemins et des routes. Sur la courte période des trois semaines que dure sa vie, chacune des femelles aura pondu, dans son milieu, plus de 100 œufs. Il est bien évident que ce ne seront pas 100 papillons qui vont en sortir. Tout au long du développement, de multiples dangers le guettent, mais ni plus ni moins que pour les autres espèces. Les chenilles grossissent rapidement et sont en 15 jours déjà au troisième ou quatrième stade. C’est alors, que se produit un phénomène particulier à cette espèce : le cannibalisme. Au milieu de leur développement, les chenilles de l’alexanor sont prises d’une brusque fièvre ambulatoire et parcourent en tous sens les ramifications de leur plante, à la recherche de la concurrente potentielle qu’il faut à tout prix éliminer. Les chenilles se transforment en chrysalides en septembre. Elle ressemblent alors à des petits éclats de calcaire, posées dans les pierriers. »

 

      Dans le Drôme, l’alexanor était autrefois relativement fréquent dans les montagnes du Diois et des Baronnies. Mais, j'ai constaté que les données récentes sont très peu nombreuses : seulement 3 données après 2000 sur les 144 que comportent notre base de données dite entre amis . Ca fait peur !

 

Bergeries en pierres plates de Lure

     Autrefois haut lieu de pastoralisme, la montagne de Lure concentre un grand nombre de bergeries, édifiées pour la plupart au XIXe siècle, avec les pierres bien plates trouvées sur place. Ces ensembles pastoraux reflètent une technique de construction hautement maîtrisée dont témoignent les coupoles en encorbellement du Jas de la Gardette (voir les photos) ainsi que les voûtes clavées des Chapellanes ou de la plaine des Clapiers, qu'il est intéressant de découvrir. Nous avons laissé nos vélos à Saumane, le bergerie de la Gardette est à une heure de marche depuis le village.
bergeriebrouillard.jpgbergerieseptembre.jpg
Bergerie de la Gardette (Saumane) en juillet 2011 et septembre 2009

Print
Repost

Commenter cet article

claude 20/06/2013 05:29

il faisait trop chaud et bien pas les bons braquets de mon age
32*23 ! avec bagages c'est plus possible a 60 ans
et puis jean avais un peu marre depuis faverges 800 km ca faisait long
prochaine fois by train > orange

vélo-pépère 20/06/2013 05:59



Avec mon moyeux Rohloff à 14 vitesses, 32x23 doit correspondre à la vitesse 6 (3 m de développement), pour une montée à une moyenne de 10 km/h environ. Chargé, la montée de Lure, je l'ai faite à
7 km/h de moyenne, sur la vitesse du Rohloff 4 (2 m de développement). Effectivement, avec un développement trop long, c'est un coup à y rester Claudio !


En train, tu peux aussi prendre le Grenoble-Veyne, c'et très beau, et descendre à Lus-la-Croix Haute, conseil de vélopépére ! La montée de Lure par la face nord doit être très sympa.



bandiera 18/06/2013 07:33

et bien claudio a faillit arriver au sommlet
faillit seulement
ce fut trop dur pour lui
mais il reviendra ..
claudio

vélo-pépère 19/06/2013 20:52



Comme moi, c'est la seconde fois que j'y suis arrivé. La première fois je me suis arrêté à ND de Lure. Il ne faut jamais forcer à vélo, c'est la base.


Bien cordialement à toi mon ami !



claude 22/01/2013 18:21

merci
claudio

bandiera 13/01/2013 10:14

ca donne envie
bambee deja prete, 2eme de 2013
apres la rhona en mars
http://cbandiera.free.fr/parcours/montagne-de-lure/
ya pas un resto par la ?
claudio

vélo-pépère 22/01/2013 18:00



En principe, il y a un resto à la station de Lure, ouvert 7/7j ... à vérifier bien sûr !



vacance vélo 25/10/2011 11:02


Bonjour,
Bravo ! Belle performance !
Je tenais à vous remercier de nous faire partager vos aventures, les paysages sont comme à chaque fois magnifiques et surprenants.
C'est un vrai plaisir de suivre vos escapades, on voyage depuis son PC.
Continuez ainsi !


vélo-pépère 25/10/2011 13:46



Le principe c'est de ne pas trop forcer, y compris dans une telle montée. Donc je prends le temps qu'il faut !


Merci pour vos encouragement


JM



claudio de la faverges 25/08/2011 06:04


beau papillon
c'est Gagneron de faverges qui serait content
(musée des papillons de faverges)

je voulais y passer
loupé
fatigué
ce sera pour une prochaine fois
claudio


Jean Convert 26/07/2011 21:37


Quel courage ! Quel exploit ! Jamais je n'arriverai à vous suivre !
J'aime beaucoup la casquette qui vole sur la photo, et toujours le magnifique compte-rendu abordant tous les aspects du parcours, sportifs et culturels.
Bravo encore, et merci pour cette belle page. Jean.


vélo-pépère 27/07/2011 10:26



Pourquoi "jamais", il suffit de la jouer "pépère"


La montagne de Lure est magnifique et dès que j'aurai le temps je rajouterais des choses sur les oiseaux et les papillons rares qui s'y trouvent et que nous avons eu la chance de rencontrer
depuis nos vélos.


Jean-Michel



claudio de la faverges 24/07/2011 20:24


bravo
j'en revais
tu l'a fais
bravo
ca doit être plutôt dur surtout par grosses chaleurs
mais tranquille et pépère tout se fait
je note le lien
claudio


vélo-pépère 26/07/2011 15:27



Nous avons rencontré plutôt de la fraîcheur et un fort mistral à décorner nos VTC ! Je constate ici qu'avec du temps et un petit développement, tout doit se faire ... et tu as raison de dire
qu'il est agréable de réaliser ses rêves.