Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Nos ballades tranquilles à vélo dans la Drôme, en Provence et ailleurs pour profiter de la nature, des paysages et des rencontres imprévues

Le blog du Vélo pépère

Nos ballades tranquilles à vélo dans la Drôme, en Provence et ailleurs pour profiter de la nature, des paysages et des rencontres imprévues

Le Cap Corse à vélo ... et à pied c'est très bien aussi !

com

Le cap Corse est vraiment bien pour la balade. Nous y sommes restés une semaine, depuis le beau camping de Pietrocorbara (le seul camping ouvert en avril dans le secteur). Nous aurions pu y rester plus longtemps car les possibilités sont très nombreuses sur le cap, pour les vélos comme pour la randonnée pedestre.

 

Macinaggio, Mosiglia et retour par la magnifique route de Méria (D35)

 

Depuis Macinaggio, la route est fatiguée et nous entamons la montée du col Saint-Jean au milieu des chantiers de rénovation de cette route départementale située à l'extrémité du cap. Notre balade du 26 avril 2010 prévoit 36 km et 600 mètres de montée. C'est tranquille, nous avons une belle journée devant nous.

 

col st nicolas

Les grandes éoliennes au dessus du Col Saint-Nicolasbourrache


Bourrache en fleur au dessus de Macinaggio - Borago officinalis

 

Arrivés sur la route en corniche d'Ersa, nous renonçons à re-descendre vers Barcaggio : nous irons à pied par le sentier des douaniers. Le col de la Serra (Moulin Mattei) est le premier point culminant de la balade à 365 m d'altitude. De là nous descendons pique-niquer devant l'église de Morsiglia, située au dessus du village et pourvue d'une caractéristique facade jaune. Dans le village, nous dégustons notre glace au chocolat au rythme d'une chanson de Cabrel et d'un oiseau très intéressant, la huppe fasciée, chez Mimi et Angèle.

 

morsieglise

Eglise de Morsiglia

serapia

Orchidée sauvage du genre sérapia très abondante le long de la D35

 

La belle surprise de la journée, c'est la route du retour par la D35. Cette route est magique, tranquille (sans camions), étroite mais parfaitement confortable à vélo. Après une montée d'environ 200 m., cette petite route arrive au col de Frizziano à 377 m d'altitude. De là, on peut voir la mer à l'ouest, et la petite vallée étroite de Méria à l'est. Les orchidées sont abondantes sur les tallus de la route. A la descente vers Méria, nous découvrons nos premiers cyclamens

 

morsiglia

La route magique de Morsiglia à Méria

 

carte-cap-corse.jpg

profil-cap-corse.jpg

Pour le détail du parcours voir le site l'Openrunner

 

Le sentier des douaniers vers Barcaggio

 

Entre Macinaggio et Barcaggio le sentier des douaniers longe la côte sauvage du nord du cap Corse sur une douzaine de kilomètres. Les paysages y sont magnifiques : rochers et falaises, petites plages, tours génoises et mer d'un bleu profond. Aujourd'hui, les vélos sont restés sur le toit de la voiture, le sentier n'est pratiquable qu'à pied. Pour le retour, nous avons réservé un taxi qui vient nous cherché en fin de journée. En effet, le retour par la mer en bateau ne fonctionne qu'en juillet-août.

 

Le 27 avril 2010, le maquis n'est qu'une fleur ! Nous prenons notre premier bain de mer à la tour Santa-Maria à mi-parcours.

 

finocchiarola fleurs

finocchiorala rochers

En face de la réserve naturelle nationale de Finocchiarola, le paysage était magnifiquement fleuri en ce jour d'avril

 

Les rencontres naturalistes ont été très nombreuses sur notre parcours, avec par exemple : la fauvette sarde, le criquet égyptien, le merle bleu. Dans les petites zones humides littorales, nous apercevons deux libellules migratrices (Hemianax ephippiger), des chevaliers guignettes et chevaliers culblancs, un petit héron - le blongios nain.

 

Arrivés à Barcaggio, nous ne resistons pas à une traversée de la grande plage les pieds dans l'eau. Nous avons mis six heures pour cette balade, indiquée en trois heures sur le guide touristique. Nous sommes "pépères" également pour les balades à pied ! Nous rencontrons sur le sentier un couple de randonneurs, Mélanie et Lilian, qui partagent avec nous les frais du retour en taxi (40 euros pour nous quatre). Le chauffeur du taxi sympa nous explique que le sentier de Barcaggio se fait normalement plus rapidement : "Les corses le font en deux heures, les athlètes en 1 heure ...".

Print
Repost

Commenter cet article