Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Nos ballades tranquilles à vélo dans la Drôme, en Provence et ailleurs pour profiter de la nature, des paysages et des rencontres imprévues

Le blog du Vélo pépère

Nos ballades tranquilles à vélo dans la Drôme, en Provence et ailleurs pour profiter de la nature, des paysages et des rencontres imprévues

La vallée de l'Asse, sous le soleil exactement !

com

 

 

plainedoraison 

 

Sous le soleil de juillet sur la vieille route d'Oraison aux Mées

 

     Nous avons très envie de reprendre nos balades en vélo après trois semaines de travail intensif, genre boulot-dodo. Aussi, le programme de ce week-end de début juillet 2010 est plutôt ambitieux. Depuis Forcalquier, nous avons prévu de traverser à Durance à La Brillanne pour remonter la vallée de l'Asse et revenir par la vallée de la Bléone en approchant les faubourgs de Digne les Bains. Ce voyage magnifique se passe sous la canicule de juillet, avec près de 35° c. à l'ombre !

 

     Pour venir en Provence, "vélo-pèpére" vient de la Drôme par le train. C'est toujours une aventure de venir avec le vélo ... et la chariotte. Les trains ne sont pas vraiment prévus pour, il faut caser le matériel dans un coin, sans trop déranger les autres voyageurs. Fort heureusement, vendredi premier juillet, il n'y avait pas encore trop de monde dans le train du matin et tout c'est très bien passé.

 

 

 

trainmarseille

 

Voyage dans le train avec la chariotte sur la ligne de Valence à Marseille

 

Samedi 3 juillet 2010 : La Vallée de l'Asse

 

     Nous partons tard, comme à notre habitude, car après tout c'est un peu les vacances. Notre itinéraire monte au Plan des Aires et au col du Pin Blanc avant de rejoindre Villeneuve. Cette petite route est vraiment très agréable et pour l'occasion nous inaugurons une variante qui descend à la Tuilière et longe un peu le canal de Manosque puis va jusqu'au Pont du Pâtre. La partie la plus laborieuse de la journée, c'est la traversée de la Durance par la grand'route (D4b) et la plaine des Buissonnades. Il faut dire aussI que nous aurions apprécié un peu d'ombrage dans cette grande plaine agricole. Les plans d'eau des Buissonnades offrent heureusement aux cyclistes pépères une halte de choix avec la proximité de lac de gravières frais. Un peu plus loin, le confluent de l'Asse et de la Durance abritent un zone humide remarquable, avec des oiseaux sauvages, des insectes et des plantes aquatiques. On peut citer notamment l'agrion caerulescens et la petite massette. Notre chariotte attire toujours la sympathie et facilite les contacts. Nous croisons des automobilistes locaux qui nous demande nos projets et qui nous conseillent vivement de remonter la vallée de l'Asse par la rive droite, depuis le Pont d'Asse juqu'à La Bégude Blanche en passant par Brunet. Et effectivement cette D115 longe le pied du plateau de Valensole sur une vingtaine de kilomètres. En lisière de la forêt de coteau nord, cette route est en grande partie ombragée ! Nous admirons à chaque ferme le port magestieux de chênes multi-centenaires. Autant dire que ce parcours est une aubaine appréciée par temps de canicule.

 

     La canicule, nous ne connaissions pas à vélo. Il faut bien avouer que c'est ... fatiguant ! Aussi, lorsque nous arrivons au camping avant Mezel (Camping de la Célestine), nous sommes un peu en roue libre et il est 21H. Nous avons fait aujourd'hui 60 km, 400 m d'ascension et fréquenté 3 terrasses de café. Il était temps d'arriver. Le soir, nous croisons des amis de Dignes et allons manger une salade à Mézel. La campagnie est joyeuse et sympathique.

 

 

caerulescens

 

 

 

 

typhaminima

 

Bords de la Durance au confluent de l'Asse, avec les Coenagrion caerulescens (libellules rares, accouplement) et la petite massette (Typha minima).

 

  Dimanche 4 juillet 2010 : La Vallée de la Bléone - Les Mées

 

     Pas de panique ce matin, nous goutons à la tranquilité du camping et nous partons vers 11h. Nous renonçons à regret à la baignade dans le bassin du camping, car nous avons encore beaucoup de route aujourd'hui et il fait déjà très chaud. Depuis Mazel, il est facile de rejoindre Digne par un petit col tranquille. Nous suivons la voie ferrée du "Train des Pignes" qui va de Digne jusqu'à Nice. Quel dommage que ce train touristique ne prenne pas les vélos ! C'est difficile à comprendre.

 

     Arrivés à Le Chaffaut, nous suivons la Bléone par la D12, petite route tranquille qui passe par le mythique lycée agricole de Carmejane. Beaucoup de jeunes de notre région et de nos familles y ont passé des années trés importantes de leur vie d'adolescents. Ce lycée leur a permis de découvrir la vie d'adulte dans un environnement assez privilégié.

 

     Avant Malijai, surprise ! La route est barrée à la circulation à cause d'un rallye automobile ! Pour la "Fête du sport auto", le club du village a fermé la route tout le week-end ! Pas cool pour les cyclistes, car faire demi-tour sous la canicule serait très dur. Aussi, nous bravons l'interdiction et passons sur le secteur de la course ... sans rencontrer personne fort heureusement. Entre midi et deux, les amateurs de "sport mécanique" sont à table. Ouf !

 

     Après un repas bien mérité à Malijai, nous partons vers 15h en direction des Rochers des Péinitents des Mées. L'avantage de circuler à vélo, c'est qu'il est possible de prendre les ruelles des vieux villages sans appréhension. Nous découvrirons ici que le village des Mées est magnifiique. Il est impossible de s'imaginer la beauté de ce village, situé sous les grandes falaises, lorsqu'on passe en voiture, ce que nous avons fait très souvent.

 

villagelesmees

 

Ruelle dans le village des Mées sous la falaise de galets

 

 

 

Les Mées : texte de Jean GIONO

Publié dans le Bulletin Municipal de 1968

     "Les Mées, est le village de la paix. Il avait à sa disposition, comme presque tous les villages des collines, des hauteurs propices à se défendre et, mieux que les autres, des rochers auraient pu être ses remparts. Il n'a pas voulu. Il s'est installé au contraire carrément dans les limons de la Durance. Il s'est servi de ses vergers, de ses prairies, de ses frondaisons, de ses eaux chantantes.

     Aux armes, il a préféré la beauté. Il accueille: il est l'ombre même, la fraîcheur, le parfum de ses tilleuls. Il affronte le Nord, sa lumière est pure, elle délimite exactement les formes les plus subtiles, son orient ne se disperse pas. Sa légende, cristallisée en rocher, l'abrite et murmure étrangement avec le vent..."

 

 

plainedoraison

 

La plaine d'Oraison et au fond le plateau de Ganagobie


 

     Depuis les Mées, nous re-découvrons également la vieille route d'Oraison à partir de Saint-Michel. Cette route serpente par des hameaux et villages comme Savalvator, la Grande Bastide et Gordes. Aux Pourcelles, nous trouvons une fontaine publique rafraichissante. Il fait dire que la température n'a pas baissé dans l'après midi.

 

 

pontdebois

 

     Pour le retour vers Mane, nous longeons à nouveau le canal de Manosque à Villeneuve et nous traversons le Largue sur une impressionnante passerelle en bois construire pour les cyclistes. Bravo le Parc du Luberon !

 

 

 

 

Passerelle en bois sur Le Largue

 

     Le soir, nous arrivons à la maison après 20h. Il fait enfin un peu moins chaud mais nous sommes trop fourbus pour apprécier. Notre périple du jour fait 67 km.

 

      Au total, le circuit de ce week-end de juillet fait 127 km, 800 m d'ascension environ. Comme à notre habitude, notre moyenne aura été d'environ 10 km par heure. C'est ça le vélo pépère !

 

parcoursassebleone

 

Pour voir le détail de ce parcours, voir la page réalisé avec OPENRUNNER avec notamment le profil altitudinal.

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Noëlle 14/07/2010 18:13


Reportage toujours bien détaillé...Ces informations sont à conserver précieusement pour de futures randos vélo! La passerelle en bois du parc du Luberon mérite le détour. A bientôt pour d'autres
découvertes!


vélo-pépère 15/08/2010 22:55



Je viens de faire une belle balade en Ardèche, un aller et retour dans la vallée de l'Eyrieux. En fait, j'ai découvert qu'on ne voit pas la même chose dans un sens et dans l'autre ! Oui, le vélo
est un outil génial pour connaître une région.



Cyrille 11/07/2010 14:30


Euréka... j'ai trouvé le moyen de faire le profil... bon j'étais mauvais : une belle petite côte pépère.


Cyrille 11/07/2010 14:26


C'est super ce système de cartographie. Dommage qu'il n'y ait pas un profil en long avec les côtes et les pentes... bon je vois que vous avez contourné le problème et profité pour mâter des
Coenagrion caerulescens